Chez Orange, l'incertitude règne autour de l'avenir de son PDG Stéphane Richard

La sanction était attendue, elle est tombée et hypothèque en partie l’avenir de Stéphane Richard. Le PDG d’Orange vient en effet d’être condamné en appel à un an de prison avec sursis et 50 000 euros d’amende après avoir été relaxé en première instance en 2019. Le verdict a été rendu ce mercredi 24 novembre par la cour d’appel de Paris, et condamne le dirigeant pour complicité de détournement de fonds publics dans le processus d’arbitrage du Crédit Lyonnais, à l’issue duquel l’homme d’affaires Bernard Tapie avait reçu quelque 400 millions d’euros en 2008.

A l’époque directeur de cabinet de la ministre de l’Economie Christine Lagarde – aujourd’hui présidente de la Banque centrale européenne (BCE) – Stéphane Richard était en première ligne dans ce dossier brûlant.

Si Christine Lagarde a été condamnée pour négligence dans cette affaire, elle a été dispensée de peine en 2016 par la cour de justice de la République. Ce n’est pas le cas de Stéphane Richard, qui voit son avenir s’assombrir à la tête d’Orange. Pour rappel, le procureur avait requis une peine d’emprisonnement de trois ans, dont deux avec sursis, à l’encontre du dirigeant, pour son implication présumée dans le versement contesté effectué par l’Etat pour régler le litige entre Bernard Tapie et Le Crédit Lyonnais.

Orange à la recherche d’un nouveau PDG ?

L’opérateur, détenu à 23 % par l’Etat via la BPI, convoquera dans la journée un conseil d’administration pour discuter de la gouvernance du groupe après l’arrêt de la cour d’appel de Paris à l’encontre de son PDG, par ailleurs candidat déclaré à la reconduction de son mandat… dans un format insolite.

Le PDG d’Orange, qui cumule actuellement les fonctions de président du conseil d’administration et de directeur général de l’opérateur, a en effet plaidé début septembre pour la constitution d’une direction bicéphale comprenant un tandem à la tête de l’opérateur. « Rester dans le groupe en tant que président dans une gouvernance renouvelée et dissociée est mon souhait personnel, mais ce sera bien sûr au conseil d’administration d’en décider », avait alors indiqué le dirigeant, qui brigue un quatrième mandat à la tête de l’opérateur.

Pour autant, ce dernier pourrait finalement présenter sa démission de ses fonctions, comme l’annonce l’agence Reuters ce mercredi soir. Cela sonnerait la fin de son aventure à la tête du groupe, au sein duquel il avait débuté en temps que directeur général en 2010. Si l’information n’est pas encore confirmée, celle-ci résonnerait avec la règle édictée par le gouvernement selon laquelle les présidents des groupes publics doivent démissionner en cas de condamnation.

Comme le rapporte Reuters, Stéphane Richard pourrait toutefois conserver ses fonctions de manière intérimaire dans l’attente que l’opérateur historique se trouve un nouveau directeur général ainsi qu’un nouveau président. Selon l’AFP, l’agence de chasseurs de têtes Spencer Stuart a déjà été mandatée il y a plusieurs semaines par le conseil d’administration du groupe pour dénicher d’éventuels successeurs à l’actuel PDG de l’opérateur.

Posté dans Actualités Mots clés: , ,
http://evanade.com/wp-content/uploads/2012/02/1328892384_internet_earth.png

UNE VISION

Promouvoir l’innovation technologique au service du développement des entreprises africaines en s'appuyant sur une large communauté d'experts en matière de NTIC.

http://evanade.com/wp-content/uploads/2012/02/1328892378_download_box_blue.png

DES PACKS INNOVANTS

Constitués à partir de références significatives et d'un ensemble de solutions et démarches "opérationnelles" adaptées à vos besoins (métiers et SI).

http://evanade.com/wp-content/uploads/2012/02/1328892395_at_email.png

REJOIGNEZ-NOUS

Face au développement d'activités nouvelles, il est indispensable de renforcer, chaque jour, notre politique de recrutement. Nos objectifs sont ambitieux et s'inscrivent dans la durée.